La lecture de plaque d’immatriculation depuis une caméra est probablement le résultat le plus contraignant à obtenir. Il se pose plusieurs contraintes aggravantes :

  • La taille des caractères dans l’image.

Le rapport entre la taille des caractères et la taille de l’image est très défavorable pour une lecture précise des caractères alpha-numériques.

  • La vitesse des véhicules

Elle oblige la caméra à réduire le temps de la prise d’image. En cas de sous dimensionnement de la caméra, la zone de la plaque d’immatriculation dans l’image sera floue. L’augmentation de la vitesse de passage d’un véhicule dans un champ de vision complique logiquement la lecture de la plaque.

  • Les phares.

Comme tout le monde le sait, la nuit les véhicules roulent avec les codes ou les phares allumés. La scène globale est sombre, les phares projettent de la lumière et la plaque d’immatriculation se retrouve dans une seconde zone sombre entre les phares. La gestion des zones de différents niveaux de luminosité est alors très contraignante et aggravée par les deux premiers critères (taille et vitesse).

Une caméra destinée à la lecture de plaque nécessite donc une ingénierie très fine afin d’obtenir le résultat attendu.